Un éternel recommencement

Qu’aujourd’hui
soit pour maintenant ou pour dans mille ans
Qu’il soit dit
Aux hommes les plus démunis comme les plus grands
Le temps d’une seule vie
Est un éternel recommencement…

dix-commandements-afficheC’est vrai, j’avais déjà vu le spectacle il y a six mois. Mais… y’avait pas Daniel Lévy. Et puis j’avais pas tout compris (je n’avais pas encore vu Le Prince d’Egypte). Et puis j’avais pas pu chanter tout le spectacle, on m’avait pas encore offert l’intégrale. Et puis d’abord, je fais ce que je veux !

Je vis pour ces moments-là, il se réveille alors tant de choses au fond de moi… Donnez-moi encore de la musique, du grand spectacle, et des moments d’émotion aussi beaux !

  • Des voix qui vous donnent des frissons sur tout le long du corps (Le « je t’aime Ka (?!?) » de Yael sur Oh Moïse…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • …la belle Ginie Line et L’inacceptable…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

  • "Mon frère..."

    « Mon frère… »

    …des scènes qui prennent au cœur et qui vous transportent entre sourires et larmes (Laisse mon peuple s’en aller), des mises en scène d’une force incroyable (Mon frère)…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

En ces temps de guerre, j’espère que la force de ces voix sauront atteindre les grands de ce monde et leur transmettre le message de paix délivré par cette histoire magnifique.

Le spectacle touchait à sa fin, et après la chanson les dix commandements, la salle s’est éteinte et l’intro de l’envie d’aimer a démarré. Comme la première fois, je me suis levé dès que la troupe est apparue sur scène. « Assis ! » ont crié les spectateurs derrière moi. « Debout ! » que je leur ai répondu avec le sourire… Je ne pouvais pas me rassoir, j’avais besoin de bouger, de chanter surtout ! Quelques secondes plus tard, toute la salle était debout pour l’hommage final, et moi je chantais à pleine voix :

C’est tellement simple, l’amour
Tellement possible, l’amour
A qui l’entend, regarde autour
A qui le veut vraiment
C’est tellement rien d’y croire
Et tellement tout pourtant
Qu’il vaut la peine de le vouloir
De le chercher, tout l’temps…

J’ai chanté encore avec mes voisines – que je ne connaissais pas – quand les artistes ont quitté la scène. Je me sentais trop bien, j’avais trop envie de chanter. Envie d’aimer sûrement aussi…

… A moi de le vouloir… faire que l’amour que j’aurais partagé
me donne l’envie d’aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*