Tous dans le même bateau !

J’étais à Marseille pour le concert des enfoirés… Trois heures d’émotions, de vibrations, de frissons et de palpitations ! J’ai même dansé avec Yannick Noah…

enfoires-2002-bateau-754x400enfoires-2002-billet«Concert complet – plus de places disponibles». Par négligence, j’avais réagi trop tard à la mise en vente des places sur Internet. J’avais bien essayé d’en acheter en ligne aux enchères… peine perdue. Je m’étais donc résigné à devoir attendre la diffusion de la soirée télé. Et puis… miracle.
«Tiens, j’ai un cadeau pour toi» me lance un jour mon frère. Une place ! J’avais une place, une de celles remises en vente après l’extension du Dôme de Marseille… Merci Lolo !

J’ai donc pris ce dimanche 20 janvier 2002 la direction du sud dans l’après-midi (le concert était celui de 21 heures), avec Lolo et l’ami Saïdou… l’homme qui va dans les concerts avec un blouson de cuir qu’il attache autour de la taille. Les trois heures de route puis l’attente aux portes du Dôme sont passées très vite… A l’intérieur, derrière un grand voile, un décor de rêve en forme de paquebot, digne du Titanic. Muriel Robin est arrivée… en taxi, dans la fosse, dans le taxi de « Taxi » d’ailleurs !

enfoires-2002-pouvoir-des-fleurs Les enfoirés sont entrés discrètement, cachés derrière le voile, tous avec un polo de marin et se sont assis pour commencer comme l’an dernier avait fini :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

J’me souviens, on avait des projets pour la terre
Pour les hommes comme la nature…
(Voulzy, le pouvoir des fleurs)

Voilà, c’était parti : tous dans le même bateau… et nous aussi !

enfoires-2002-decorJe ne vais pas tout dire pour ne pas gâcher le plaisir de la diffusion télé, je veux juste lancer en vrac quelques trucs qui ont contribué à faire de ce concert un moment magique. Il y a tout eu dans cette soirée, tout ce que j’aime…

Des sourires partout autour de moi… Ceux de Lolo et Saïd bien sûr, avec qui j’ai partagé mes coups de cœur, mais aussi ceux de ces milliers de spectateurs anonymes qui chantaient, criaient et dansaient autour de nous en communion avec leurs artistes adorés – qui souriaient aussi sur scène évidemment !… Jugnot a bien résumé ça par une boutade en disant : «Il faut faire quelque chose, y’a trop d’amour dans cette salle !…»

– Des chansons pleines d’amour et de vie, fortes ou naïves, belles ou drôles, douces ou rythmées, joyeuses ou émouvantes… Tous les artistes que j’aime pour les interpréter, des personnalités extraordinaires de générosité, d’humour et de disponibilité. Goldman, Obispo, Bruel et Garou sont toujours les chouchous du public, Hélène Ségara est toujours aussi belle, le sourire d’Alizée toujours aussi craquant, les voix de Maurane et d’Isabelle Boulay savent toujours me toucher aussi fort…

We will, we will rock you !

We will, we will rock you !

– Des moments « inoubliaux »… Des moments d’émotion, pour les hommages rendus à ceux qui ont quitté la bande des enfoirés depuis l’an dernier, Bécaud et Carole Fredericks… Des moments de folie dans lesquels la salle explose, comme sur la géniale reprise de « We will rock you » avec les filles aux percus genre tambours du Bronx… Des moments de passion avec des duos magiques à vous donner des frissons partout, des moments de fous-rires parce que ces enfoirés-là sont aussi de sacrés déconneurs, des moments sympas comme ce karaoké artisanal sur une chanson de Joe Dassin…

enfoires-2002-karaokeÇa va pas changer le monde
Que tu changes de maison
Il va continuer le monde
Et il aura bien raison
Les poussières d’une étoile
C’est ça qui fait briller la voie lactée
On s’est aimés, n’en parlons plus
Et la vie continue…

Voilà, s’il n’y avait eu « que » cela, la soirée aurait déjà été fabuleuse, extraordinaire… Mais il y a eu le petit truc en plus, la cerise qui vient se rajouter sur un gâteau déjà énorme, l’instant qui transforme une soirée géniale en une soirée magique.

Sur une reprise endiablée de «Ça, c’est vraiment toi» de Téléphone, avec un certain Jean Louis Aubert à la guitare électrique déchaînée, un grand black d’1m93 est descendue de la scène pour venir danser dans la fosse avec le public : un certain Yannick N., ex-tennisman… C’était fou, il était à quelques mètres de nous, le public en délire autour de lui ! Bientôt, il s’est déplacé en dansant dans notre direction, il s’est arrêté, un cercle s’est formé autour de lui pendant que la chanson répétait en boucle : «ça…. c’est vraiment toi !»

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Il était là, juste à côté de moi, il dansait, il souriait, il chantait... Et puis d’un coup comme ça, alors qu’il était face à moi et que je pointais mon doigt sur lui les yeux en extase comme un gamin de 5 ans, il m’a fixé et nous nous sommes juste dit :

«Ça…………. c’est vraiment toi !!!………»

Yannick au milieu de la foule du Dôme

Yannick au milieu de la foule du Dôme

Il a fini la chanson avec nous, en dansant avec un môme de 12 ans qui n’a sans doute pas réalisé la valeur du moment ! Moi j’ai mis cinq minutes à m’en remettre… c’était trop fort, un instant magique dans une soirée extraordinaire à tous les points de vue. La scène a été filmée mais cette soirée ne devrait pas être celle qui sera diffusée… à moins que …. !?!

Nous sommes rentrés dans la nuit, à trois heures et demi du matin, crevés mais heureux… Conscients d’avoir eu la chance de participer à un truc énorme, l’un de ces grands moments qui vous laissent toujours un sourire au coin des lèvres rien que d’y repenser.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

J’ai rêvé qu’on pouvait s’aimer… … au souffle du vent…

Rêver (final)

Rêver (final)

Concert des enfoirés, suite : Ma pomme à la télé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*