Carpe Diem : le bonheur est le chemin…

Trop souvent l’homme traite sa vie comme il réagit aux intempéries : il gaspille son temps en attendant que cela finisse…

Le bonheur, c'est de le chercher...

Le bonheur, c’est de le chercher…

Voici un petit texte reçu d’un ami par mail il y a quelques mois, retrouvé au cours du dépoussiérage de ma boîte… Sacrément pertinent, encore un peu de matière pour l’espace profond : un petit coup de carpe diem ne peut pas faire de mal !

On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après, après un certain âge, après s’être marié, après avoir eu un enfant et, ensuite, après en avoir eu un autre…
Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et l’on pense que l’on sera mieux quand ils le seront. On est alors convaincu que l’on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.
On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite…La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux, que le moment présent. Si ce n’est pas maintenant, quand serait-ce ? La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer. Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux maintenant qu’il en est encore temps.

« Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer. La vraie vie! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu’il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors, la, la vie allait commencer !…
…jusqu’à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie ! Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène au bonheur. Le bonheur est le chemin. »

Ainsi passe chaque moment que nous avons et, plus encore, quand on partage ce moment avec quelqu’un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps, et que l’on se rappelle que le temps n’attend pas.
Alors, il faut arrêter d’attendre, attendre de terminer ses études, d’augmenter son salaire, de se marier, d’avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, arrêter d’attendre le vendredi soir, le dimanche matin, les prochaines vacances, arrêter d’attendre le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver, pour décider qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux. Le bonheur est une trajectoire, et non pas une destination !

Texte en écho aussi à cette citation qui figure déjà dans l’Espace profond :

Une vie humaine ne remplit pas cent ans, mais elle est toujours pleine de mille ans de soucis. Le midi est court et les nuits sont longues ! Pourquoi ne prends-tu pas aujourd’hui la lampe pour aller chercher les courtes joies ? Pourquoi veux-tu attendre année après année ? (Sage chinois de la dynastie Han)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*