Solidarité de voyageur

En instaurant une taxe de solidarité internationale sur les billets d’avion, la France s’engage à aider la lutte contre le SIDA et le paludisme dans les pays du Sud.
Paris (France), AFP – Le gouvernement approuve la taxe de solidarité sur les billets d’avion – Le Conseil des ministres a approuvé mercredi la future taxe de solidarité internationale sur les billets d’avion, un projet porté par Jacques Chirac mais critiqué par les professionnels du transport aérien, a-t-on appris de source gouvernementale à l’issue du Conseil.
Cette taxe, qui concernera les embarquements en France, devrait être comprise entre 1 et 40 euros (…). Les recettes, évaluées « autour de 200 millions d’euros » seront affectées à la lutte contre les grandes pandémies, comme le sida.
Pour une taxe solidaire sur les billets d'avions

Pour une taxe solidaire sur les billets d’avions

Je n’ai absolument rien d’un économiste (vous aussi vous l’aviez remarqué ?) et je n’ai donc aucune connaissance de la loi du marché et de ses répercussions sur l’emploi. Cela étant dit, j’aime cette idée de taxe sur les billets d’avion. Cela me semble une idée plus éclairée que la taxe d’habitation sur les caravanes des gens du voyage !…

Solidarité nord-sud

Solidarité nord-sud

Je pars d’un principe (simpliste ?) qui m’apparaît comme une évidence : un billet d’avion coûte cher donc pour voyager en avion, il faut être en mesure de débourser une somme relativement importante. L’idée, c’est bien de faire casquer ceux qui ne manquent de rien (au point de pouvoir se payer des billets pour découvrir le monde) pour venir en aide aux populations des pays du Sud, dramatiquement touchées par des pandémies comme le Sida et le paludisme, et pour qui l’accès aux soins est un problème quotidien. Cela me paraît un « devoir » de solidarité nécessaire… Qui peut refuser en bloc une si belle idée ?

Je pense que quand on met 400 €uros dans un billet pour Marrakech ou New-York, on a les moyens de dépenser 4 petits €uros supplémentaires, non ? Et puis honnêtement, qui peut voir d’un mauvais œil l’idée de demander 40 €uros supplémentaires à un voyageur de classe affaires ? (Oh ! L’horreur, un resto de moins).

Les professionnels s’indignent car cela met en péril le secteur du transport aérien qui ne va déjà pas très bien depuis un certain 11 septembre, et brandissent les menaces de répercussions préjudiciables sur l’emploi (là, j’avoue, ça me dépasse). M’enfin… les gens vont les prendre leurs petits avions. Pour éviter de payer une taxe de 4 €uros, je doute qu’ils courent à la gare où qu’ils se mettent à traverser la mer à la rame ?!

Cette taxe n’est évidemment pas la solution miracle, car elle est liée à la croissance programmée du trafic aérien (prévision d’une hausse de 5% du nombre de vols par an dans le monde dans les dix ans à venir), ce qui n’a rien d’une bonne nouvelle en terme d’environnement. Mais en attendant une alternative, elle aurait le mérite de contribuer à améliorer le sort de quelques millions de personnes.

La France est en pointe dans ce projet de solidarité avec la Grande-Bretagne, le Brésil et le Chili. Un projet qui donne tout son sens à une célèbre formule attribuée à Michel Rocard, et qui devrait inspirer les dirigeants des pays dits développés :

La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. (Source Michel Rocard)

4 Des réflexions sur “Solidarité de voyageur

  1. si on avait réellement la volonté d’éradiquer le SIDA on pourrait avir des décisions politiques plus courageuses (notament par rapport aux labos pharmaceutiques) et plus rémunératrices (loi Tobin). Taxer « les bourgeois » qui prennent l’avion, si évidement cela est votre raisonnement…Beaucoup de gens aspirent à voyager, à découvrir le monde, à passer quelques vacances à Marrakec (pour revoir la famille par exemple) sans être des nantis. 4 euros, c’est peu mais additionner aux nombreuses taxes d’aéroport (je vous laisse faire le calcul si votre curiosité vous y pousse) ca commence à monter pas mal. Une vrai fausse bonne idée.

  2. Quand on sait que des millions de personnes vivent avec moins d’un euro par jour et n’aspirent qu’à pouvoir manger, boire de l’eau potable et se soigner, oui, je crois vraiment que les gens qui se déplacent en avion pour voyager, aller voir leur famille ou découvrir le monde sont des nantis. (« Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que 75% des habitants de la terre… »)

    Moi aussi j’attends des décisions politiques plus courageuses et plus rémunératrices… mais d’ici à ce qu’elles voient le jour, je me réjouis de tout ce qui est proposé pour réduire les inégalités.

  3. Bien sur qu’un taxe sur les billets d’avion va dans le bon sens !
    Dans le bon sens de ceux qui souffrent du sida… et dans celui qui blanchit sa conscience avec une belle annonce marketing.
    Ce dernier coutumier des grandes déclarations humanistes … sans suite, ni cohérence.
    Faut il relayer encore ce type d’information, déjà largement médiatisé ? Je ne crois pas… Tout autant par le peu d’impact d’un telle décision, que pour la récupération qui en est fait. Et puis je vois cela comme une aumone de plus de pays outrageusement riche envers des populations démunies.
    Bref beaucoup trop d’indécence pour si peu de chose…

  4. Travaillant moi meme en agence de voyages je confirme qu il n y a pas que des gens « riches » financierement parlant qui voyagent: il y a des clients qui economise pendant plusieurs années pour s offrir des vacances, il y a des clients qui veulent re partir chez eux pendant leur vacances…et je ne suis pas sure qu il faille taxer ces personnes là. Qu est ce qui nous prouve que cet argent va bien aller là ou il doit aller ? prenons juste pour exemple, le lundi de pentecote travaillé en 2005!!!
    c’est toujours les memes qui font de efforts: des gens comme toi et moi. cette somme est completement dérisoire: que tu payes ton billet 250€ ou 251€ ca ne changera rien a ton porte monnaie, mais une fois de plus, ce sont toujours les memes qui paient. Il faudrait juste que les politiques fassent un peu moins de depenses superflues. Pourquoi ne pas taxer les transactions financieres comme il en etait question a une certaine epoque. Là, ca ne touchera pas les gens qui se privent pour un peu de plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*