Humanité zéro

L’expulsion honteuse d’une famille apatride ne doit pas passer inaperçue : elle confirme une grave dérive politique vers l’obsession sécuritaire et son meilleur agent, la peur de l’autre.

Le concept de « Tolérance zéro » ayant été intégré, nos gouvernants poursuivent leur marche en avant dans la plus grande indifférence. Je leur suggère un nouveau slogan : « Humanité zéro ». Marchant sur les plate-bandes de l’extrême-droite, notre petit Ministre de l’intérieur met la pression sur les préfets et les fonctionnaires de police pour faire du chiffre avant d’entrer en campagne. Mardi dernier, la famille Arutyunyan a été expulsée sans ménagement du territoire, après deux semaines passées en centre de rétention… avec leurs deux enfants

@ lire sur ce site : Deux petits princes en prison

Liberté, égalité,… et quoi déjà ?

Mobilisation devant la mairie de Décines

Mobilisation devant la mairie de Décines

La veille au soir, j’avais participé à un rassemblement émouvant pour réclamer le retour d’Artem et Levon à l’école des Sablons, sur la place de la mairie à Décines, avec les membres du comité de soutien, des parents, des élus, des enseignants… Dans le quotidien local du lendemain, un article annonçait leur expulsion imminente. Ironie du sort, deux pages plus loin une brève indiquait qu’en juillet prochain, la devise de la République française serait gravée sur l’Hôtel de ville de Décines : liberté, égalité… et quoi déjà ?

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ce sans-papier rejeté qui repart,
Sans même dire au revoir, sans nous dire merci
Pour le billet de charter gratuit vers la misère de son pays
Ça le soulagera sûrement d’apprendre,
Et faudrait quand même pas qu’il oublie
Qu’on a gravé Fraternité
Sur le fronton de nos mairies… (Bénabar)

« Mais enfin Cyril, elle est tristement banale cette expulsion… ils étaient en situation irrégulière… Et puis on ne peut pas accueillir toute la misère du monde…
– La vraie misère, c’est surtout la sécheresse de cœur de nos dirigeants, qui gèrent les problèmes de personnes comme s’ils triaient des objets dans des boîtes ! Justifier une expulsion en se cachant derrière son devoir de bon petit fonctionnaire discipliné, c’est un peu facile, non ? »

Scolarisés, et pourtant expulsés

Cette famille venait de la Russie du grand démocrate humaniste Vladimir Poutine. Les parents y ont été persécutés, car le père Michaël est Arménien, et la mère Elena Russe. Comment imaginer qu’ils puissent y retourner ? Les voilà apatrides, étrangers partout aujourd’hui…

Arrivés en France il y a quelques mois, les deux enfants Artem (11 ans) et Levon (7 ans) ont été scolarisés à la rentrée de septembre dans une école de Décines où ils ont été parfaitement intégrés.

Mais le 7 mars 2006 au matin, la police est venu chercher toute la famille, privant non-seulement Artem et Levon d’école, mais aussi de liberté puisqu’ils se sont retrouvés enfermés avec leurs parents et d’autres adultes pendant deux semaines. Jusqu’à l’expulsion donc, vers la Suède où leur demande d’asile doit être réexaminée.

En octobre dernier, Nicolas Sarkozy avait pourtant adressé aux préfets une circulaire qui indiquait notamment : « Vous veillerez à ne pas mettre à exécution avant la fin de l’année scolaire l’éloignement de familles dont un enfant est scolarisé depuis plusieurs mois. »

Intéressant (et effrayant) : les préfets n’appliquent donc pas toujours les circulaires dictées par leur ministre. A moins que le ministre lui-même ne ponde des circulaires inutiles, juste pour se faire mousser et prétendre être habité par un vrai « souci humanitaire » ? Ah, ces sacrés effets d’annonce…

tignous-expulsions-resf

Tant de cynisme, d’hypocrisie et d’inhumanité…

Bref, c’en est devenu insupportable. En témoigne ce message de Ghislaine, lu dans les commentaires du blog pour Artem et Levon :

Après tout ce qui a été fait : mobilisation dans l’urgence et dans la durée, actions multiples, interventions des autorités locales et régionales, relais des médias etc… , ne pas avoir obtenu le retour d’Artem et Levon m’interroge et me désespère. Que faut-il faire aujourd’hui pour que nos voix soient entendues ? Veut-on en plus nous faire taire, nous faire croire que lutter est inutile ? Cela me donne envie d’hurler encore plus fort.

Il y avait bien mieux à faire pour préserver le bien-être de ces deux enfants. Qu’elle doit leur sembler loin, l’école des Sablons, et la sérénité qu’ils y avaient trouvée !… Mais dans cette République-là, on expulse d’abord. Et après, on vient nous beurrer l’oignon en assurant qu’on protège les droits de l’enfant et la dignité de la personne humaine.

Je vais donc continuer à résister, parce que je crois à un autre système de valeurs, basée sur la générosité, la solidarité… à l’image du combat mené tout au long de cette affaire par le comité de soutien à Artem et Levon.

Et puis, je refuse de cautionner par le silence ou l’inaction les actes délictueux d’un homme derrière lequel je vois de plus en plus se profiler l’ombre d’un certain « Zéro » Janvier (personnage-clé de la comédie musicale Starmania) : sûr qu’il se voit déjà « président de l’Occident » !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

immigration-jetable-vert-754x400

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*