Les soleils des Indépendances

La destinée d’un prince malinké rejeté par les « temps nouveaux » (l’ére post-coloniale), dans le style savoureux et très imagé d’un des plus grands écrivains du continent africain.

Présentation de l’éditeur

ahmadou-kourouma-les-soleils-des-independancesQuel sera le sort de Fama, authentique prince malinké, aux temps de l’indépendance et du parti unique ? L’ancien et le nouveau s’affrontent en un duel tout à la fois tragique et dérisoire tandis que passe l’histoire, avec son cortège de joies et de souffrances. Au-delà de la fable politique, Ahmadou Kourouma restitue comme nul autre toute la profondeur de la vie africaine, mêlant le quotidien et le mythe dans une langue réinventée au plus près de la condition humaine. Dès sa parution en 1970, ce livre s’est imposé comme un des grands classiques de la littérature africaine.

Ahmadou Kourouma est né en 1927 en Côte d’Ivoire, et décédé en 2003 à Lyon. Il a écrit quatre romans, tous couronnés par de grands prix littéraires et traduits en de nombreuses langues. Il est considéré comme un écrivain classique de la littérature africaine. Ses romans sont des portraits féroces de l’Afrique d’aujourd’hui. Il y décrit les guerres absurdes, les dictateurs mégalomanes, la vie des enfants-soldats, dans des réquisitoires violents, mais non dénués d’humour. Au-delà de la fable politique, il restitue comme nul autre toute la profondeur de la vie africaine, mêlant le quotidien et le mythe dans une langue réinventée, au plus près de la condition humaine.

Moi, c’que j’en dis…

Ahmadou Kourouma

Ahmadou Kourouma

Kourouma est pour moi l’un des plus grands écrivains africains ! Lors de mon grand voyage africain, j’avais eu la chance d’assister au Niger à une représentation théâtrale de son roman « Allah n’est pas obligé », le premier que j’ai lu de lui. Dans une librairie de Dakar, je m’étais procuré le succulent « En attendant le vote des bêtes sauvages ».

Dans un style toujours savoureux et un langage très imagé émaillé d’expressions typiquement africaines, Kourouma raconte le continent noir comme aucun autre. La destinée tumultueuse de Fama, le prince Malinké déchu, vaut encore son pesant de cacahuètes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*