Into the wild

Un road movie exceptionnel à travers l’Amérique jusqu’à l’Alaska, porté par une musique qui invite au voyage, pour une grande aventure solitaire.

Into the Wild movie posterSi vous ne savez pas ce qu’est un road movie, courez voir l’exceptionnel Into the Wild. C’est un film total. Grand, fort, beau, inspirant, émouvant, dur, beau (je sais, je l’ai déjà dit).

Mais avant que je vous en dise plus, laissez-vous emportez par la fabuleuse bande originale composée par Eddie Vedder (le chanteur du groupe Pearl Jam), et partez en balade sur les routes américaines, jusqu’aux immensités désertiques de l’Alaska…

… into the wild…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

i-now-walk-into-the-wild

Que faut-il savoir sur ce film ? D’abord, qu’il s’agit d’une histoire vraie… plus ou moins romancée. C’est l’histoire d’un jeune étudiant américain qui, son diplôme en poche, choisit de partir en solitaire sur les routes d’Amérique, pour rejoindre l’Alaska… loin d’une société trop portée sur les valeurs matérielles. Il trouve sa voie dans les écrits de Jack London et d’un certain Henry David Thoreau…

… Je partis dans les bois parce que je voulais vivre sans me hâter, vivre intensément et sucer toute la moelle secrète de la vie. Je voulais chasser tout ce qui dénaturait la vie pour ne pas, au soir de la vieillesse, découvrir que je n’avais pas vécu. (Henry David Thoreau, extrait de Walden ; ou, la vie dans les bois.)

[NB – Cette citation figurait en entête de mon site depuis sa création…]

Emile Hirsch into the Wild

Emile Hirsch into the Wild

Le film alterne avec bonheur les scènes racontant sa traversée des Etats-Unis du personnage (et toutes les belles rencontres qui l’accompagnent) et celles évoquant son aventure solitaire finale, en Alaska. Derrière la caméra, Sean Penn a fait un boulot admirable et le gars chargé des décors a bien bossé

Au bout de son épopée, l’aventurier inscrit ces quelques mots dans son carnet de route (qui servira de base à l’écriture du roman) :

Happiness only real when shared…
(le bonheur n’est vrai que lorsqu’il est partagé).

Ils ont fait sourire celle que j’aime, c’était déjà l’esprit des mots qu’elle m’écrivait alors que je vivais mon aventure africaine

Il y a des aventures extraordinaires, des gens qui dépassent leurs limites dans l’exploit sportif extrême, la traversée de l’Antarctique à pied (De la Ferrière), la traversée de l’Atlantique à la rame (Peggy Bouchet), etc… Et il y a les aventures humaines, ceux qui ont moins besoin d’éprouver et de confronter les limites de leur existence dans un retranchement solitaire que de se tourner vers autrui, que de renouer le contact avec les vraies valeurs, je pense que ta trajectoire est de celles-ci, et tu n’imagines pas à quel point c’est une source d’inspiration…

Le vrai Chris Mac Candless et son Magic Bus

Le vrai Chris Mac Candless et son Magic Bus

4 Des réflexions sur “Into the wild

  1. *** ATTENTION CE COMMENTAIRE DEVOILE UNE PARTIE DE L’INTRIGUE DU FILM ***

    Quel bel article, du vrai travail de pro, Cy-real !

    Mais alors que dire de plus ?

    J’ai tout aimé dans ce film, l’histoire, le personnage, ses rencontres, la bande-son, les citations, les images, la nature, les références…
    Presque tout, en fait, parce que je n’ai pas aimé la fin, (enfin si, mais pas complètement, enfin, j’me comprends, comme dirait l’autre) parce que mourir si loin, si seul, un si bel homme, si jeune, si intelligent, si vrai… ;-(

  2. Ouf, j’ai eu peur…. en ce moment on n’est pas à l’abri d’un : casse-toi pov’spoileuse ! Et sur ce coup, je l’aurais presque mérité… Mea Culpa… ;-(

    Mais il n’est pas comme ça, Cy-real !

  3. ehh ben..je crois ke c la premiere fois kun aussi bon film me touche .toute au long du film une seule idée me hanté.c de partir moi aussi le plus loin possible..des frissons..des emotions.des envies de sevader..sans ke personne ne se rende compte..mé c vrai ke la fin du film,te ramene sur eterre troop vite..le bonheur né vrai ke sil é partagé..en tt k sean penn a tapé fort.ca metonne pa de lui!! Un film a consommer sans moderation !!!! Juska l’ivresse !!

  4. waouu!!! émouvant, touchant, introspectif…un ton juste et une composition du jeune Emile hirsch époustouflante… « le bonheur ne vaut d’être vécu que s’il est partagé », alors n’hésitez pas, regardez ce film que nous partagions ensemble ce moment de bonheur… spéciale dédicace à Sean Pen, B.O fantastique….et merci à madame NATURE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*