Bonheur en boîte, le cadeau empoisonné

Résumé de l’épisode précédent : Philou et sa bien-aimée ont reçu en cadeau une Wonderbox dont ils n’ont pas pu profiter malgré bien des efforts… inspirant un premier coup de gueule légitime, dont Madame Wonderbox est venue s’émouvoir sur le forum de ce site !
Une Wonderbox ? Ah, la sale blague.

Une Wonderbox ? Ah, la sale blague.

Je n’avais pas envisagé d’écrire une suite à ma première chronique wonderboxienne… Mais une relance subtile de la part d’un des opérateurs de boites magiques m’oblige à vous donner des nouvelles fraîches…

Ma chère et tendre épouse, bien plus soucieuse que moi de notre présent, décida de contacter à mon insu l’opérateur régional pour prendre date et ainsi me faire la surprise d’une folle nuit dans un cadre idyllique. Elle décrocha son téléphone et entreprit de trouver une date sur décembre pour notre nuit en amoureux. La responsable du dit site d’hébergement informa mon épouse que contrairement aux indications porté sur le catalogue, le site n’était ouvert qu’une partie de l’année c-a-d printemps, été et un peu l’automne. Après vérification il s’avéra que le site internet n’indiquait pas non plus cette fermeture saisonnière.
Le sort s’acharnant sur nous, nous renoncions à utiliser notre boite magique.

Sommes nous donc maudits ?!? Victimisation !!!? Je ne crois pas si j’en crois les échos entendus ci et là.

Par exemple j’ai entendu devant moi, à la caisse d’une grande surface du disque et du livre, le commentaire d’un caissier qui demandait avec insistance à un futur acquéreur s’il avait bien lu les conditions inscrites au dos. Y aurait-il anguille sous roche ?

L’émission Service public de France Inter du 10 décembre 2008 intitulé « Les boites cadeaux font couac ! » a mis en discussion la question des coffrets merveilleux et les mêmes griefs ont été entendus. Visiblement un certain nombre d’opérateurs touristiques travaillant avec les concepteurs de boites magiques ne sont pas satisfaits non plus.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Toutes ces discussions ne doivent pas masquer ce qui me semble plus problématique et qui concerne la non-utilisation des boites magiques. Je souhaiterais puisque nous sommes lus par le service qualité des opérateurs, connaître le pourcentage de coffrets non utilisés…

Je continue pour ma part la surveillance des boites sur les étagères des amis. Amis qui soit dit en passant utiliseront sûrement leur cadeau pour ne pas avoir à avouer qu’ils l’ont balancé. Faut pas gâcher hein ! Même si pour cela il faut se taper 800 km (aller et retour) pour 45 minutes en Porsche Carrera. Pour mémoire le coût réel d’un kilomètre parcouru avec un véhicule 7 CV est d’environ 55 cts/km.

Quoiqu’il en soit et en ce qui me concerne, je ne suis pas insatisfait par le produit, même je m’en moque un peu. Je suis par contre mécontent que l’on m’ait offert ce cadeau empoisonné qui plus est de la part d’un ami sincère (Mon brad cette colère est toute relative).

Attention, le "bonheur en boîte" peut très vite virer lui aussi au cadeau fiasco...

Attention, le « bonheur en boîte » peut très vite virer lui aussi au cadeau fiasco…

Ce qu’est (ou n’est pas) un cadeau

Je suis bien entendu convaincu qu’il ne faut pas offrir ce type de cadeau à quelqu’un que l’on apprécie, et ceci pour beaucoup de raisons qui dépassent la problématique qualité de service.

Si je souhaite offrir un séjour, une nuit, un resto, une activité quelconque, à un ami ou une amie, je prendrai un guide touristique de sa région, appellerait éventuellement l’office du tourisme du département, et réserverais en son nom. J’imagine que mon ami(e) sera flatté de l’attachement que j’aurais mis dans cette recherche. Je l’imagine bien heureux de ne pas parcourir des centaines de bornes, surtout si la durée offerte est courte. M’enfin cette conception du cadeau n’est que la mienne.

Si cette démarche m’épuise ou que je ne suis pas trop attaché a cette personne, je lui ferai un chèque qu’il utilisera à sa guise, mais pour sûr il l’utilisera !!!

Enfin si je n’aime pas cette personne ou si je n’ai « pas le temps ou pas d’idée » (argument de vente lu sur le site d’un des opérateurs), j’achèterai un coffret merveilleux, fabuleux, magique ou je ne sais quel autre qualificatif.

Et un cadeau empoisonné, un.

Et un cadeau empoisonné, un.

Voilà donc ma contribution au débat WONDERBOX, SMARTBOX, VERTIGOBOX, MAGICBOX, HAPPYBOX (c’est pour les mots clés). Dans l’attente d’en savoir plus je vous embrasse.

Philou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*