Étoiles noires

Il y avait les étoiles noires de Starmania, qui brillaient surtout dans les souterrains. Cette bande aux méthodes terroristes emmenée par Johnny Rockfort, luttait underground contre un pouvoir crispé sur les questions d’ordre et de sécurité.

De Lucy… à Barack Obama, en passant par Aimé Césaire, celles que l’ex-footballeur Lilian Thuram a choisi de mettre en lumière au travers de quarante portraits auront  marqué leur époque par de plus nobles façons, en ayant un impact fondamental sur l’histoire de l’humanité. Un bouquin que j’ai bien envie de me payer…

Dans mon enfance, on m’a montré beaucoup d’étoiles. Je les ai admirées, j’en ai rêvé : Socrate, Baudelaire, Einstein, Marie Curie, le général de Gaulle, Mère Teresa…
Mais des étoiles noires, personne ne m’en a jamais parlé.

Aimé Césaire

Aimé Césaire

Les murs des classes étaient blancs, les pages des livres d’histoire étaient blanches. J’ignorais tout de l’histoire de mes propres ancêtres. Seul l’esclavage était mentionné. L’histoire des Noirs, ainsi présentée, n’était qu’une vallée d’armes et de larmes.
Pouvez-vous me citer un scientifique noir ?
Un explorateur noir ?
Un philosophe noir ?
Un pharaon noir ?
Si vous ne le savez pas, quelle que soit la couleur de votre peau, ce livre est pour vous. Car la meilleure façon de lutter contre le racisme et l’intolérance, c’est d’enrichir nos connaissances et nos imaginaires. – Lilian Thuram

Parmi les étoiles noires distinguées par « Thuthu », il y a le poète et homme politique Aimé Césaire (1913-2008). C’est une des étoiles noires que j’ai fait découvrir à mes élèves cette année – sur un conseil de l’ami Abd Al Malik…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Dorsale bossale

volcan-eruption-laveIl y a des volcans qui se meurent
Il y a des volcans qui demeurent
Il y a des volcans qui ne sont là que pour le vent
Il y a des volcans fous
Il y a des volcans ivres à la dérive
Il y a des volcans qui vivent en meute et patrouillent
Il y a des volcans dont la gueule émerge de temps en temps
Véritables chiens de la mer
Il y a des volcans qui se voilent la face
Toujours dans les nuages
Il y a des volcans vautrés comme des rhinocéros fatigués dont on peut palper la poche galactique

Il y a des volcans pieux qui élèvent des monuments à la gloire des peuples disparus
Il y a des volcans vigilants, des volcans qui aboient,
montant la garde au seuil du Kraal des peuples endormis
Il y a des volcans fantasques qui apparaissent et disparaissent (ce sont jeux lémuriens)
Il ne faut pas oublier ceux qui ne sont pas les moindres
Les volcans qu’aucune dorsale n’a jamais repérés et dont de nuit les rancunes se construisent
Il y a des volcans dont l’embouchure est à la mesure exacte de l’antique déchirure.

Aimé Césaire – Moi Laminaire (1982)

Il y a des volcans dont l’embouchure est à la mesure exacte de l’antique déchirure… Je ne me lasse pas d’entendre ce texte d’une force incroyable récité encore et encore. Comme mes élèves se battent pour le dire, je me régale !

Mes étoiles noires , de Lilian Thuram, avec la collaboration de Bernard Fillaire (Philippe Rey, 400 p., 18 euros)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*