Luchini, ce génie

Fabrice Luchini fait le point sur Robert, seul en scène. Un spectacle jubilatoire, virevoltant, porté par un talent unique !

Paris, Espace Pierre Cardin, mercredi 30 décembre 2009.

En passant par Paris, cure de musées et de spectacles vivants. Le plus vivant et le plus dingue de tous ? « Le point sur Robert », sans hésiter… Fabrice Luchini joue l’avant-dernière de son spectacle à l’espace Pierre Cardin, seul en scène, avec quelques livres pour invités.

Dans « Le point sur Robert », Fabrice Luchini nous fait (ré)entendre de grands auteurs comme Valéry, Barthes et Molière. Avec son enthousiasme légendaire et son phrasé si particulier, il séduit le public, le fait rire et lui transmet son amour de la littérature la plus exigeante…

Luchini, on en avait déjà parlé il y a quelques années sur l’ex-forum de ce site… et c’est Yvan’s qui avait le mieux résumé ce que j’ai compris ce soir-là, en le découvrant sur scène :

C’est un artiste, avec un ego surdimensionné, conscient du pouvoir de fascination qu’il exerce sur les gens qui le regardent et l’écoutent. Il est brillant intellectuellement, doté d’une mémoire et d’une culture générale impressionnantes, il a un style qui n’appartient qu’à lui, qui le différencie et qui peut susciter agacement ou admiration. Il fait partie de ces gens qu’on écoute dès qu’ils ouvrent la bouche.

Pour ma part, je le considère comme un très grand artiste de notre temps capable de se laisser à la folie de son génie. J’ai plaisir à l’écouter parler, partir dans ses délires, quoiqu’il dise, quoiqu’il pense, car il s’exprime avec talent et conviction. Il joue évidemment, il profite, il manipule son auditoire mais il est toujours sincère. Il veut convaincre et il est d’une sensibilité extrême.

Quant aux textes qu’il lit, il les lit si bien car il les comprend, il leur donne du sens, de la force, et je trouve que c’est un exercice périlleux dans lequel il excelle aussi.
Bref, je suis un fan car c’est un homme à part, un artiste qui ne ressemble qu’à lui-même.

Fabrice Luchini

Fabrice Luchini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*