Une porte s’ouvre

Une porte qui se referme. Une autre qui s’ouvre à côté. D’autres qu’on ouvre seul, pour soi, ou pour les autres. Pousser la porte… et entrer ?
Trois portes mur bleu

Trois portes mur bleu, by Jean-François Gornet (CC-BY-SA)

Je me balade de plus en plus régulièrement du côté de la galaxie libriste Framasoft, qui s’est récemment lancé dans l’ambitieux projet de dégoogliser Internet. Sur le dernier billet en date du Framablog, on trouve une intéressante citation attribuée à Alexander Graham Bell (oui oui, l’inventeur du téléphone) :

Lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre, mais souvent nous restons si longtemps et avec tant de regrets devant la porte fermée que nous ne voyons même pas celle qui vient de s’ouvrir devant nous. — Alexander Graham Bell

Sur le coup, j’ai cru reconnaître une autre citation qui m’accompagne depuis très longtemps, peut-être depuis le jour où j’ai compris qu’une perte pouvait être « le prix de l’agrandissement de la vie » (merci Jacques Salomé). Une citation de Michel Tournier, extraite du Roi des Aulnes, plus positive et engageante que la première :

À force de frapper à coups redoublés sur la même porte, elle finit toujours par s’ouvrir. Ou alors c’est une porte voisine, qu’on n’avait pas vue, qui s’entrebâille, et c’est encore plus beau. — Michel Tournier, Le roi des Aulnes

(Mais tous ces coups redoublés ne nous ramèneraient-ils pas au tailleur de pierre ?)

Une citation qui me rappelle également cet extrait du Manuel du guerrier de la lumière, de Paulo Coelho…

Un guerrier de la lumière se décourage souvent. Il pense que rien ne parviendra à susciter l’émotion qu’il espérait. Il passe des après-midi ou des nuits entières à tenir une position conquise, sans qu’aucun événement nouveau vienne raviver son enthousiasme.Ses amis commentent : « Peut-être sa lutte est-elle déjà terminée. »

Le guerrier ressent douleur et confusion en écoutant ces paroles, car il sait qu’il n’est pas parvenu là où il voulait. Mais il est têtu, et il n’abandonne pas ce qu’il a décidé de faire.
Alors, au moment où il s’y attend le moins, une porte s’ouvre.

Paulo Coelho, Manuel du guerrier de la Lumière

J’aime comme ces trois citations se rapprochent, se complètent et se distinguent. J’ai toujours aimé les portes qui s’ouvrent. J’aime être celui qui les ouvre, celui qui inspire et entraîne. Celui qui dit à ses élèves :

I can open doors for you,
But only you can step in.
— The Traveler to Wesley in Journey’s end by R. C. Sherriff

Crédit image : Trois portes mur bleu by Jean-François Gornet, via Flickr (CC-BY-SA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*