Tribulations en Chine

Vu de Chine, la Chine mérite bien son surnom de « pays du matin calme » : paisible, ouvert, tolérant, accueillant… Une vraie terre de liberté. Merci ô grand Google, pour ta censure bienveillante !
Palais place Tiananmen,  Pékin

Palais place Tiananmen, Pékin

Laissez-moi vous raconter les nouvelles tribulations d’un chinois en Chine… Il s’appelle Ming-Li Foo, habite à Pékin, et ce jour-là il a envie de trouver sur le net des images de la célèbre place Tiananmen qui est à deux pas de chez lui.

Grâce à la bienveillance de ses dirigeants, il a désormais accès à la connaissance universelle avec la version chinoise du portail Google… Voilà le résultat donné par le site images.google.cn (.cn étant l’extension des sites chinois).

Tiananmen, vu par le Google chinois...

Tiananmen, vu par le Google chinois…

Merveilleux, n’est-ce pas ? Le grand palais du peuple (photo), des jardins, des fontaines, des fleurs et des oiseaux, des gens heureux – et libres ! – de poser comme sur toutes les places du monde… Elle est pas belle la vie au pays de Candy ?

– Oui Ming-Li Foo, tu as raison, elle est très jolie ta place… Mais c’est bizarre, chez moi, en Europe, quand je tape tiananmen sur mon Google à moi, je ne vois pas du tout la même chose que toi…?!

Tiananmen sur Google images, dans le monde "libre"...

Tiananmen sur Google images, dans le monde « libre »…

Tu vois Ming-Li Foo, dans le monde libre (je veux dire… à plein d’endroits, mais pas en Chine), quand on parle de Tiananmen, on pense à 1989, aux manifestations sur la place lors du « printemps de Pékin », à la répression des étudiants par l’armée chinoise, et puis fatalement, parce que l’image est passée à la postérité, à cet homme qui a réussi à bloquer les chars à lui tout seul… Écoute, on fait même des chansons de cette histoire !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Quand les gestes fléchissent sous le plus fort
Qu’il ne vous reste
Plus qu’à se rendre d’accord
Quand plus rien
N’est à perdre ou à prendre
On ne vous retient
Un jour la fin des méandres…
Vous mène là
A Tien An Men
A pas baisser les bras
Seul face à soi même
On se voit faire le pas
De donner ses chaînes
Parce qu’on a plus que ça
Peut-être que Tien An Men
Est plus près que ce qu’on croit
Que nos petits combats
Valent aussi la peine
Mais on ne les voit pas… (Calogero)

Mais tu sais Ming-Li Foo, la censure, c’est pour ton bien : « ordre et beauté, luxe, calme, et volupté »…. Et vu le milliard de consommateurs potentiels que représente la Chine pour les économies de nos pays occidentaux, ne compte pas trop sur nos dirigeants pour faire bouger les choses…

chine-fidh

Garde espoir Ming-Li Foo, et souviens-toi simplement qu’un jour, quelqu’un s’est avancé, et qu’une seule personne a suffi à faire la différence aux yeux du monde !

PS – Cet article est né sur l’excellent blog A l’heure américaine, tenu par deux journalistes de Libération : Pascal Riché et Laurent Mauriac. Ma contribution à leur article La place Tiananmen vue par Google a permis de rectifier le lien et m’a valu une citation. Merci Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*