Même pas mort !

Voilà longtemps que j’attendais l’occasion d’utiliser ce titre pour un édito. Je vais et je viens, je disparais, je sors de mon trou, je m’absente encore, vous avez l’habitude – ou pas – c’est ainsi par ici, c’est moi ! 2010, me r’voilà.

Sur la toile, nombre de sites et de blogs profitent de l’occasion du changement d’année pour faire le bilan de leur activité internet, en comptabilisant le nombre d’articles publiés et le nombre de commentaires, en listant les billets les plus lus et les plus commentés, en recensant les nouveautés de l’année écoulée – et les projets à venir… Allez, je m’y colle – ça va être vite fait, le site ayant été placé en état de coma artificiel depuis plusieurs mois. Pas de panique pour autant : si Johnny s’en est sorti, je devrais aussi réussir à remettre le site sur pied !

Calme plat sur le site en 2009...

Calme plat sur le site en 2009…

2009, rien de bien neuf…

Pour vous donner une idée de l’audience de Cy-real.com : en 2009, l’ensemble du site a reçu en tout 65 500 visites, pour 136 000 pages vues (environ 180 visites et 370 pages vues par jour). C’est pas rien tout de même, quel potentiel de lecteurs !

2009 aura pourtant été une année de vaches maigres en terme de production… jugez plutôt : seulement 8 articles radioactifs, dont la moitié pour le maître des lieux, auxquels il faut heureusement ajouter une chronique orpheline de Philou (oui, une seule !) et trois contributions d’Alain Damasio. Du côté du blogtimiste, à peine mieux : 17 billets « positivistes » sur l’année… mais seulement 5 depuis 9 mois !

Malgré cette indigence de contenu et de fond, j’ai vu avec plaisir émerger une petite communauté de fidèles sur le forum (Ben, Kris, Fred, Tattouille, Mathilde, Philou, Mel, Lau, Elféa, P’tit Zinzin, Packdelait), joliment dénommée par Kris « la tribu Cy-real esque ». Pas de quoi concurrencer Fesse de bouc et ses 350 millions d’utilisateurs… mais c’est toujours appréciable de retrouver les siens – même virtuellement, même irrégulièrement !

Je ne suis pas de la génération Facebook

Pour être totalement honnête, j’ai très envie d’élargir cette communauté, de dynamiser les échanges. Parce que… je lis beaucoup de choses, je me pose des tas de questions, parce que la vie, ma vie, se nourrit d’échange et de partage, parce qu’écrire m’aide à penser, à trouver ce qui est vrai, ce qui est juste, ce qui compte. L’époque est complexe, et il y a 1001 sujets dignes d’intérêt qui mériteraient d’être évoqués dans ces pages. J’ai besoin d’écrire, j’ai envie d’être lu, et puis… j’aimerais bien qu’on me donne des bouts de réponse de temps en temps !

Ce n’est pas pour devenir écrivain qu’on écrit. C’est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour. (Christian Bobin)

Malheureusement… je n’assure pas la promotion de mon site comme le font certains de blogs en forums, en passant par les réseaux sociaux. Je ne participe à aucun forum autre que le mien et je n’écris que très rarement des commentaires chez les autres (c’est dommage je sais, ça permet bien souvent des commentaires et des liens en retour). Malheureusement, je n’ai pas de compte Facebook (je vous jure que c’est pas moi !) – donc pas d’amis. Comme je n’ai pas non plus de compte Twitter, je ne peux pas poster mes bavardages depuis mon mobile (zut alors !), et je passe à côté de ce nouveau « web en temps réel ». En passionné d’Internet, je reconnais que ces outils m’intriguent, je m’intéresse à leur utilisation, leur évolution… mais je ne m’y retrouve pas. Pour la première fois, je me sens un peu largué sur Internet, dépassé par des outils conçus pour une génération d’internautes qui n’est pas la mienne.

[Aparté : sur l’usage de ces réseaux sociaux, relisez le formidable texte critique d’Alain Damasio, en ligne sur ce site…]

Voilà dix ans que je suis présent sur la toile avec une adresse mail et un site, et rien que ça à gérer c’est déjà bien assez souvent compliqué, et chronophage !… Je me sens déjà bien trop connecté, et très insuffisamment disponible pour les membres de mon « réseau » (les vrais gens de la vraie vie, je veux dire !).

Alors si vous voulez me suivre, ou me joindre, on va se la faire à l’ancienne ici même, c’est plus simple pour tout le monde et ça ira bien comme ça !

Putain, dix ans !

En 2010, le site devrait donc fêter ses 10 ans. L’envie de le renouveler et de le faire vivre plus activement et plus régulièrement est là… On verra bien. Entre l’important, l’essentiel, l’inutile et le superflu, j’ai encore souvent du mal à faire le tri, à définir mes priorités au quotidien. Je me demande souvent si ce site doit en être une.

Parfois je me dis qu’écrire me nourrit, me construit et m’apaise ; et que chaque contribution publiée ici à son importance, sa raison d’être. Comme une goutte d’eau dans la mer, ou dans le désert…? Et puis je me demande encore : est-ce que mes articles ont une quelconque influence sur la marche du monde et sur le devenir de l’humanité ? (à l’évidence, non.) Est-ce que c’est leur objectif ? (oui, non, mais un peu quand même…) Et si d’un mot, d’une phrase, j’éclairais une pensée, je faisais naître une idée ou un début de révolte chez un lecteur ? (j’aimerais bien.)

Pendant tout le temps où je me pose ces questions, le site ne bouge pas – il s’interroge avec moi. Quand j’obtiens des bouts de réponse, je les mets en ligne, c’est aussi simple que ça…

Y’en a qui courent une vie pour gagner deux dixièmes
A présent, c’est ton tour, qu’est-ce que tu nous amènes ?
A quoi tu sers ? Pourquoi t’es fait ?
T’as la lumière, et puis après ? (Jean-Jacques Goldman)

Voilà parmi les trésors que renferme l’espace profond, les mots qui me viennent en renfort pour clore ce billet… Des mots qui serviront à justifier tout ce qui sera publié – ou pas – sur ce site dans les mois à venir :

Une fois pour toutes, on t’impose un précepte facile : Aime, et fais ce que tu voudras. Soit que tu gardes le silence, garde-le par amour ; soit que tu cries, élève la voix par amour ; soit que tu corriges autrui, corrige-le par amour ; soit que tu uses d’indulgence, sois indulgent par amour ; aie dans le coeur la racine de l’amour, et de cette racine il ne pourra rien sortir que de bon. (Augustin d’Hippone – Dilige et quod vis fac)

Bien des choses à tous pour 2010 (et merci à ceux qui lisent les billets jusqu’au bout !).

4 Des réflexions sur “Même pas mort !

  1. J’ai tout lu…. et me suis bien retrouvée dans cet écrit !
    Fière d’être une fidèle !
    J’ai toujours beaucoup de plaisir à te lire Cy-real : pertinence, belle écriture, choix judicieux de citations que je note dans mon calepin….
    Merci d’être !
    Je t’embrasse
    Kris

  2. Ahhh ! Merci à Netvibes, mon fidèle agrégateur de flux RSS qui m’a apporté la bonne nouvelle : Un nouvel article de Cy-real ! smile
    Mais je savais déjà qu’il était en vie, car il vient parfois déposer des commentaires sur des blogs fréquentables (que je fréquente) wink
    Les mots qui touchent… C’est le terme que j’emploierais pour parler de Cy-real et de ses articles.
    J’ai d’ailleurs connu Cy-real par le biais d’un site qui m’a bouleversé, Manon et moi.
    Surtout, n’arrête pas d’écrire, steup’. Huit articles de qualité valent mieux que de recopier-coller un peu chaque jour ce qu’on lit déjà ailleurs. Écrire des articles ne doit pas être une fin en soi. Écrire, c’est faire passer une émotion, ça relève d’une envie profonde.

    Bonne continuation pour 2010 !

  3. A toi aussi, bien des choses pour 2010, après 2009 l’année de l’oeuf.
    Pourquoi vouloir toujours bilan-ter… on vit, on écrit comme on aime, le reste ne (se) compte pas.
    Au plaisir de se lire encore…

  4. J’ai tout lu…. et me suis bien retrouvée dans cet écrit !
    Fière d’être une fidèle !
    J’ai toujours beaucoup de plaisir à te lire Cy-real : pertinence, belle écriture, choix judicieux de citations que je note dans mon calepin….
    Merci d’être !
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*