Du Live 8 au G8…

Des concerts géants en préambule du G8 pour mettre la pression sur les dirigeants des 8 pays les plus goinfres de la planète, organisés avec la complicité de multinationales ?…

live8Je pensais publier une note enthousiaste sur la mobilisation autour du Live 8 organisé par Bob Geldolf et la décision du G8 d’annuler la dette des pays les plus pauvres… mais comme j’ai pris désormais la bonne habitude de me méfier des effets d’annonce et des fausses bonnes nouvelles, j’ai élargi mes sources d’information… et décidé de trangresser l’esprit positif de ce blog par un article un peu plus revendicatif (« on peut être enthousiaste et positif sans être naïf »…)

D’abord, je n’aime pas l’idée que huit gugusses s’octroient des droits pour décider du sort de milliards d’êtres humains (« Eux ils sont huit. Et nous ? Six milliards ! »). Surtout lorsque la dette en question résulte de leurs choix économiques, qui préservent les intérêts de quelques privilégiés et pénalisent les petits producteurs des pays du sud.

Et puis, au-delà du show médiatique, je regrette le manque de « solidarité culturelle » du live 8, qui aurait pu faire un peu plus d’efforts pour programmer des artistes africains…

La lecture d’un communiqué du CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde), un réseau international dont l’objectif est de favoriser l’émergence d’un monde plus juste, m’a particulièrement interpellé. Je vous invite à lire ce texte intitulé « ni G8, ni Live 8 ! ». Éclairant, et pas dénué d’intérêt à plus d’un titre… petit extrait.

G8...

G8…

Dépenser 38 millions d’euros pour ces concerts géants à travers le monde pose question. Pour réunir cette somme, le Live 8 a recouru à des méthodes qu’il serait bon par ailleurs de condamner : des entreprises multinationales ont été sollicitées, alors que c’est sous la pression de ces grandes entreprises privées qu’ont été imposées aux pays du Sud depuis les années 1980 la libéralisation économique, l’ouverture des marchés et des privatisations massives.(…)

En s’affichant avec MM. Tony Blair, Gordon Brown, George W. Bush ou Jacques Chirac, les promoteurs de Live 8 tendent finalement à légitimer une instance profondément illégitime. Le G8 n’est au fond qu’un regroupement des pays les plus riches qui prétend régler les affaires du monde sans en référer à qui que ce soit.

G8 gang

Sur la toile : Ni G8, ni Live 8 ! (texte intégral)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*