La forme de la neige

Pour accompagner les premiers flocons de l’hiver, voici une très belle histoire d’origine polonaise sur le mystère de la neige…
Flocons de neige

Flocons de neige

Le niveau d’excitation des gamins à l’école est probabablement l’un des indicateurs les plus fiables pour prévoir l’arrivée de la neige… Après un après-midi particulièrement animé, il ne subsistait guère plus de doute sur la chute tant attendue des premiers flocons de l’hiver.

Pour les accompagner, voici une très jolie histoire d’origine polonaise, que j’ai découverte dans un recueil de contes philosophiques du monde entier. Un ouvrage assez exceptionnel intitulé Le cercle des menteurs, signé Jean-Claude Carrière, et dans lequel j’ai puisé nombre d’histoires qui alimentent à l’occasion mes séances de conte…

Un jour ou il neigeait dru, Srulek rendit visite à son ami et voisin qui était aveugle. L’aveugle demande à Srulek :
– Dis-moi, elle est comment la neige ?
– La neige, elle est blanche.
– Ah, dit l’aveugle.
Après un moment, il demande encore :
– Mais c’est comment, blanche ?
– Blanche, dit Srulek en cherchant ses mots, blanche, c’est comme le lait.
– Ah, dit l’aveugle.
Et un moment plus tard, il demanda :
– Le lait, c’est comment ?
– Le lait, dit Srulek, c’est comme des oiseaux blancs, sur la rivière, tu vois, des cygnes…
– Ah, dit l’aveugle.

La neige est blanche comme un cygne...

La neige est blanche comme un cygne…

Et un moment plus tard, il demanda à Srulek :
– Dis-moi Srulek, c’est comment un cygne ?
– Eh bien, c’est un grand oiseau, avec de larges ailes, un cou très long et courbé, et un bec comme ça…

Alors Srulek allongea son bras et courba son poignet pour imiter un cygne. L’aveugle tendit la main et caressa le bras et la main de Srulek, lentement, attentivement, avant de dire en souriant :
– Ah oui, maintenant, je vois comment elle est, la neige…

Conte extrait d’un recueil de Jean-Claude Carrière : le cercle des menteurs (contes philosophiques du monde entier)

flocon-smile

2 Des réflexions sur “La forme de la neige

  1. Quelques jours plus tard, j’ai raconté cette histoire aux enfants de la bibiothèque de St Jean. Lorsque j’ai posé la question « mais blanc, c’est comment ? », le petit Aymeric (âgé de trois ans) est venu vers moi en soulevant son pull pour me montrer son tee-shirt blanc… « Blanc c’est comme ça ! »
    J’ai ri, puis j’ai invité Aymeric à s’assoir et j’ai poursuivi mon histoire :
    – Le lait, c’est comment ?
    – c’est comme ça ! a dit Aymeric en soulevant à nouveau son pull.
    J’ai réussi à finir mon histoire, encore interrompu par mon acolyte au tee-shirt blanc lorsque j’ai demandé « et un cygne, c’est comment un cygne…? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*