Tournent les violons !

JJG alias Jean-Jacques Goldman en 1981...

JJG alias Jean-Jacques Goldman en 1981…

Je suis fan depuis toujours de ce gars-là. J’avais huit ans quand “Il suffira d’un signe” et “Quand la musique est bonne” sont sorties, et comme je voulais tout faire comme mon grand frère à l’époque, je m’étais intéressé de près à ce drôle de p’tit bonhomme qui dénotait un peu dans le paysage musical de l’époque. Avant lui, je n’avais jamais vu un chanteur en jean à la télé !!

Je suis resté fidèle, et au delà de l’interprète, j’ai appris à me passionner pour une personnalité discrète mais pourtant exceptionnelle. Un talent fou (combien d’artistes lui doivent leur succès ?), une sensibilité exacerbée qu’il sait exprimer comme peu d’auteurs… sans parler de son engagement avec les enfoirés dont il est le leader incontesté et incontestable, malgré son charisme timide. J’aime tout de ce grand monsieur de la chanson française, alors quand j’ai su qu’il sortait un nouvel album, j’ai couru l’acheter les yeux fermés.

Il l’avait annoncé d’entrée : Chansons pour les pieds est un disque à danser, dans lequel il a choisi délibérément de revisiter tous les styles musicaux qui l’ont influencé.

jjg-chansons-pour-les-pieds-754x400A l’arrivée, un album forcément éclectique mais qui sonne pourtant Goldman, le Goldman que j’aime : il y du texte, des mélodies, des chansons rythmées et des balades comme il sait en faire… J’ai adoré le premier extrait radio (“Ensemble”, avec les 500 choristes d’Alès) et j’attendais la suite avec impatience… je n’ai pas été déçu. Allez je me tais, écoutez plutôt !

Chansons pour les pieds – extraits

play_circle_filled
pause_circle_filled
JJG – Les choses
volume_down
volume_up
volume_off
play_circle_filled
pause_circle_filled
JJG – Les p’tits chapeaux
volume_down
volume_up
volume_off
play_circle_filled
pause_circle_filled
JJG – Tournent les violons
volume_down
volume_up
volume_off

play_circle_filled
pause_circle_filled
JJG – Et l’on n’y peut rien
volume_down
volume_up
volume_off
Et puis, coup de cœur parmi les coups de cœur, voici un extrait un peu plus long qui m’a touché tout particulièrement, notamment cette phrase merveilleuse…

Les jolies danses sont rares, on l’apprend plus tard…

play_circle_filled
pause_circle_filled
JJG – Je voudrais vous revoir
volume_down
volume_up
volume_off
Le mot de la fin est pour Jean-Jacques qui s’offre une petite sortie à la guitare, tout seul au bout de la dernière chanson :

…la vie c’est mieux quand on est amoureux…
la vie c’est mieux quand on est amoureux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*